Les amazones version magiciennes

Les illusions de Sav-Loar / Manon FARGETTON

Bragelonne, 2016

 

Cinq personnages aussi différents qu’énigmatiques se retrouvent esclaves d’un seigneur cruel et pervers. Fel, superbe jeune femme devient son défouloir sexuel. Bleue, enfant introvertie, dispose de mystérieux pouvoirs. Oreb dissimule sa véritable identité. Tiriss, farouche adolescente, est une guerrière née. Enfin Guilhem, chevalier d’un royaume voisin, tente de protéger les autres. Parvenant à s’enfuir, le petit groupe disparate se retrouve au milieu d’une traque sans pitié visant à éliminer systématiquement toutes les filles disposant d’une aura de magicienne. Ils vont entamer une quête afin de conduire Bleue en sécurité vers la mythique cité de Sav-Loar, cachée au milieu d’une forêt, là où les magiciennes ont développé une communauté où elles recueillent les filles traquées. Ensuite, ils pourront commencer leur vengeance contre leur ancien bourreau.

 

Les premiers chapitres se déroulent à huis clos dans la forteresse où les héros sont esclaves. Ils ne reflètent pas la suite du récit, beaucoup plus épique, dans lesquels l’auteur développe la quête des héros et les univers antagonistes des magiciens hommes et femmes et la mythologie de son univers. Une lecture plaisante pour les amateurs de fantasy dans le style de Terry Goodkind ou Raymond Feist qui ne souhaitent pas se lancer dans une série en plusieurs tomes.

 

Robin Hobb : le tome des révélations !

Le fou et l’assassin, tome 3 : En quête de vengeance / Robin Hobb

Pygmalion2016

 

Robin Hobb continue de développer la suite des aventures du célèbre « assassin royal » Fitz Chevalerie et de son ami, ce personnage si mystérieux qu’est le fou. Dans le troisième tome de cette série, le fou poursuit sa convalescence mouvementée au château de Castelcerf pendant que Fitz va découvrir que sa fille a été enlevée. De nombreuses révélations, concernant une bonne partie des héros des séries précédentes, voient le jour dans ce tome.

Robin Hobb commence à mettre en place un final dont on ne doute pas qu’il va être riche d’originalité et d’imagination. Petit à petit les connexions avec les séries parallèles se mettent en place. La digne héritière de Tolkien va encore nous surprendre pour le plus grand plaisir de ses lecteurs.

 

 

Attention, pour ceux qui n’ont pas encore pénétré dans l’univers de Robin Hobb, il faut commencer par la série de l’assassin royal, donc par l’enfance de Fitz.


Qui a dit que les jeux vidéo empêchent de lire ?!

Assassin's creed, vol. 8 : Underworld

/ Oliver BOWDEN

Castelmore, 2015

 

 

L'univers novélisé de l'un des jeux vidéo les plus prisés actuellement, cela éveille forcément l'intérêt. De plus, certains y ont vu une inspiration de jeunes djihadistes s'identifiant aux héros assassins frappant dans l'ombre, au moment où le titre est largement représenté dans les rayons livres des hypermarchés.

 

Une fois quelques chapitres passés, force est de constater que la fait de commencer la série dans le désordre n'est pas gênant, chaque épisode étant indépendant et centré sur une génération. Nous sommes dans un roman plutôt banal de la catégorie "steam punk", elle même sous-catégorie de la fantasy. L'action se déroule, en grande partie, à Londres en pleine révolution industrielle. Les templiers et les assassins, deux sociétés secrètes, s'affrontent pour dominer la capitale à coups de cambriolages et de meurtres. Le but est de s'emparer d'artéfacts magiques pour dominer le monde. Bref, du déjà vu.

 

Les assassins (héros !) sont formés, dès leur plus jeune ,âge, à l'art de tuer de sang froid, de préférence à l'arme blanche. Refuser de passer à l'acte lors de l'initiation est une preuve de lâcheté et de faiblesse. Les femmes y jouent le même rôle que les hommes, elles assassinent selon les mêmes méthodes. Ils prônent la liberté, sans que l'on sache exactement ce qu'ils entendent par là, si ce n'est par opposition aux templiers (croisés ?) qui sont puissants, manipulateurs, proches du pouvoir, capitalistes et exploiteurs des masses laborieuses réduites à la misère.

 

Le ressort est basé sur la course aux artéfacts et donne lieu à une construction classique avec quelques flash-back pimentés d'une anecdote historique se déroulant en Afghanistan. Les scènes d'action s'enchaînent avec un liant psychologique qui donne un peu de relief aux personnages.

 

 

En ce qui concerne les héros assassins, on préfèrera les univers bien plus riches de Robin Hobb, Brent Weeks ou Lynn Flewellin, quoiqu'il faut donner leur chance aux premiers tomes de la série, sans doute. Pour ce qui est de l'inspiration, hormis la capuche que l'on retrouve chez la majorité des assassins d'heroic fantasy ou d'ailleurs et la lutte contre l'Occident décrit comme corrompu, exploiteur et dominé par une élite secrète, tout cela à largement déjà été vu ailleurs.

 

Le combat des Dieux réincarnés

Percheron, tome 1 : Odalisque

Milady, 2012

 

Alors que le pouvoir se délite au Royaume de Percheron, suite à la mort du vieux Zar, une guerre larvée fait rage dans les coulisses du palais. Qui de la mère du prince Boaz, la favorite du roi, du grand et obséquieux vizir qui change mystérieusement de personnalité, du rusé chef du harem, aura le plus d'influence pour manipuler le futur Zar ? Lazar, guerrier d'origine étrangère qui a gagné le titre "d'éperon", chef de l'armée, tente de conseiller au mieux le jeune prince. Les divinités, elles-mêmes, se mêlent de la lutte, à moins que ce ne soit la lutte qui reflète une guerre millénaire que se livre deux divinités pour régner sur les hommes, un principe masculin, un féminin.

F. McIntosh n'a pas perdu son sens du suspense depuis la précédente trilogie. On comprend pourquoi elle est l'un des auteurs favoris de la grande dame du genre, Robin Hobb.

 

Prix "Sorcières" 2009 : bien mérité !

Le Dernier orc / Sylvana De Mari

Albin michel, 2008

 

Le capitaine Rankstail est issu du peuple des exilés qui ont trouvé refuge dans les quartiers pauvres des grandes villes. Pour faire vivre sa famille, il s'engage dans les mercenaires et, grâce à ses dons et à sa force, il parvient rapidement à devenir l'un des meilleurs chefs de groupe. Sa troupe va de batailles en batailles afin de contenir l'invasion des orcs cruels et impitoyables qui sèment la mort dans tout le pays. Au fur et à mesure de ses aventures, Rankstail prend conscience que le pouvoir est entre les mains d'hommes qui ont perdu depuis longtemps le sens du devoir envers le peuple.

 

Ce roman a obtenu le "Prix Sorcières" en 2009. C'est "officiellement" un roman pour la jeunesse (ados) mais c'est un vrai plaisir de lecture même lorsqu'on est adulte.

 

Extrait : "Les peuples où les femmes ne sont rien d'autres que le moyen par lequel un guerrier fabrique un autre guerrier n'ont pas d'autre destin que la boue et le sang des guerres. Les peuples dont les femmes sont méprisées sont constitués d'hommes dont l'âme a été saignée pendant la première période de leur vie, le mépris collé comme un acide sur leurs mères...Ces peuples sont incapables de libérer leur pensée et leurs idées, ils sont contraints à la misère quelle que soit la richesse des endroits où ils vivent.

Dans les pays où les femmes étaient esclaves, chaque homme naissait enfant d'esclave, ce qui lui ôtait à jamais l'idée de pouvoir penser, faire découvrir, dire, rêver autre chose que ce que leurs pères ou leurs grands-pères avaient déjà rêvé, fait ou dit. Celui qui naissait fils d'une esclave restait esclave dans l'âme, soumis pour l'éternité...Une vie vécue sans l'aventure de la pensée avait pour seul but de détruire d'avantage d'ennemis, avec impassibilité sinon avec joie. C'était une vie tellement décadante qu'il valait mieux la jeter".



Quand c'est l'homme qui est gibier...

Le Régiment perdu, tome 01 : Ralliement / William R. Forstchen
Bragelonne, 2007

Durant la guerre de secession, plusieurs unités de l'Union, menées par le commandant Keane, sont regroupées sur un navire. Ils se retrouvent pris dans un cyclone qui les transportent dans une monde parallèle.
Ils sont confrontés à des peuples d'époques diverses transplantés, comme eux, de la terre par le même biais. Leur première rencontre va leur faire cotoyer toute une population originaire de la Russie du Moyen Age. La confrontation entre les deux peuples ne va pas sans heurts dûs à de nombreux malentendus de différence de mentalité mais les nordistes ont l'avantage de l'avancée technique, dont ils vont faire profiter les russes, mais également les dons de fin stratège du commandant Keane.
Ils ne tardent pas à se rendre compte qu'ils sont manipulés par des factions diverses mais que toutes ont en commun le fait de leur cacher un terrifiant secret concernant les habitants d'origine de la planète...

Un vrai régal pour les amateurs de fantasy originale, pleine d'action et de batailles et historiquement très cultivée puisque l'auteur est un historien universitaire.



 

Le cycle de Ki et Vandien, tome 1 : Le vol des harpies / Megan LINDHOLM 

J'ai Lu, 2006

 

Avant de devenir Robbin HOBB, Megan LINDHOLM portait déjà en elle tout le talent qu'il faut pour être un grand auteur d'héroïc-fantasy, notamment cette capacité à développer la psychologie de ses personnages. KI, l'héroïne de ce 1er tome de la série "KI et VANDIEN" est une guerrière farouche lorsqu'il s'agit de venger sa famille mais elle est aussi une femme fragile et blessée qui se laisse, peu à peu, apprivoiser par un étrange compagnon de voyage : Vandien.

De fréquents retours en arrières permettent de connaître la vie de KI et l'origine de sa dette de sang avec les harpies, créatures puissantes et féroces qui sont à l'origine de son terrible malheur. Le 1er tome met en scène la rencontre des deux héros et leur voyage mouvementé.

 



Dans la lignée de R. Hobb

Le Royaume de Tobin / Lynn FLEWELLING

Traduit de l'anglais par Jean Sola
Pygmalion, 2004

Au royaume de Scala, le roi Erius a, autrefois, usurpé le pouvoir des femmes de sa dynastie en assassinant toutes les prétendantes au trône. Une prophétie annonce, pourtant, que Scala ne peut être prospère que s'il est gouverné par une femme.
Il est vrai qu'Erius, sous la mauvaise influence d'un magicien, est en train de transformer son royaume en dictature.

Pour protéger la dernière née de la dynastie, nièce du roi, un groupe de magiciens resté fidèle à l'ancienne prophétie transforme la petite fille en petit garçon. Le jeune Tobin va ainsi grandir sans se douter de sa véritable nature...

Une saga d'heroic fantasy passionnante qui se situe en droite filiation avec les oeuvres de Robin Hobb. Le sujet est original puisque les héros qui changent de sexe ne sont pas monnaie courante dans la littérature pour ados.



Milieu hostile

La Horde du contrevent / Alain DAMASIO

La Volte, 2004

 

Ce texte déroute d'abord par sa forme avec sa pagination inversée, ses voix alternées et le disque qui l'accompagne. Passé l'instant d'étonnement, on y plonge tels les héros eux-mêmes plongeant vers leur étrange destin, celui de parcourir leur monde à pied, luttant de toutes leurs forces contre des formes de vent meurtrières. Depuis huit siècles, chaque génération a formé une "horde", un groupe dressé depuis l'enfance pour cette quête inhumaine : aller au bout du monde trouver l'origine des vents qui ballaient la terre. Cette quête a un prix, celui du sang, de l'héroïsme, de la terreur et de l'exaltation. Elle est rapportée par le membre de la horde chargé de transcrire les mémoires de celle-ci sous une forme qui mêle poésie, conte et metaphysique.

 

Sans appartenir vraiment ni à la Science-fiction, ni à la "fantasy", La horde du contrevent n'en reste pas moins un récit magistral qui mérite une place de choix parmi les grands textes de la littérature de l'imaginaire.